DE L’ALTER EGO À L’ALTÉRITÉ.

+

L’ESSENTIEL EST INVISIBLE POUR LES YEUX.
ALAIN QUERCIA SCULPTE CET INVISIBLE
JUSQU’AU GRAIN DE PEAU.
LE GRAIN DE SA PROPRE PEAU.
CETTE PEAU QUI FORME SON HÉRITAGE,
QU’IL HABITE DE SENSIBILITÉ CONTEMPORAINE
ET EN FAIT LE MATÉRIAU DE SA RECHERCHE PLASTIQUE.

Détail de la sculpture alter n°5, le visage de la pièce originelle a été transformé en tête de clown très réaliste. La peau et les veines sont saillantes. La forme est expressive. Alter ego n° 3 de trois quart. Sculpture avec la tête de l’artiste travaillée de manière hyperréaliste couleur peau, le corps a la forme d’un animal, couvert de poil. Sculpture en tissu. La matière évoque la peau. Les corps sont mêlés et forme ainsi une unité.  Le tout est en équilibre et donne une impression de mouvement. Il s’agit d’une peinture acrylique sur toile de grand format.  Le corps de l’artiste est peint dans sept positions différentes. Multiplication d’autoportrait, sept alter-ego se débattent dans un jus censé représenter l’altérité encore inaccessible pour l’artiste. Premier alter-ego d’une longue série, cette grande sculpture de la taille de l’artiste de tissu montre une blessure au genou qui se transforme en motif de dentelle. Sculpture prototype pour la pièce altérité. Visage réaliste sur un corps de poupée barbie homme. Dans la série des autoportraits, il s’agit d’une peinture à l’huile sur panneau de bois. Une peau brune apparaît en transparence.